December 6th, 2010

Некрупный орёл

Febvrier-Despointes – l'amiral énigmatique (La partie troisième)

L'amiral se méfie des renseignements d’informateurs américains indiquant qu’il y avait une voie facile vers Petropavlovsk ; selon eux, il suffisait de contourner la colline Nikolsky. Cette voie paraissait cependant raisonnable. Aussi, quand le capitaine anglais Niсholson le menace d’endosser la responsabilité de refuser ce plan assurant la victoire, l'amiral soumet ce plan au vote.
“Le capitaine de frégate de Miniac,
commandant de La Forte,
raconte la journée du quatre septembre 1854Collapse )
Некрупный орёл

Febvrier-Despointes – l'amiral énigmatique (La partie deuxième)

Lors de sa remontée vers l’Equateur, il profite de son escale au port péruvien de Callao, pour assouvir son goût pour les fouilles archéologiques.
René Maurice de Kerret, le dessinateur de la Forte, raconte:
« L'amiral ayant sollicité du Président Elias de faire faire des fouilles pour le compte du gouvernement français, je fus détaché avec une escouade d'hommes, et nous fûmes réveiller ces malheureux morts dans le cimetière de Pachacamac, entre Lima et Chorillos, bains de mer de Lima. Ces malheureux dormaient là depuis des siècles, enterrés assis sur leurs talons et desséchés comme des momies, entourés de poteries curieuses du temps, souvent, même, d'objets en or ou en argent. Nous ne trouvâmes que des poteries. Je rapportais à l'amiral ce que je trouvais. La mort de l'amiral fit qu'on me rendit partie de ces poteries ».
Arrivé en Equateur, il accomplit la mission diplomatique dont il est chargé, mission conclue par un traité de paix qui restera dans l’Histoire comme le premier acte diplomatique de la république Équatorienne.Collapse )
Некрупный орёл

Febvrier-Despointes – l'amiral énigmatique

(Не удивляйтесь французским буквам: это я - всему миру. Ну, вдруг кому надо. П.К.)

INTRODUCTION

Pavel Kalmikov vit à Petropavlovsk, port du Kamtchatka à l’extrême est de la Russie, à la limite du Pacifique et de la mer de Behring. Il est médecin onco-radiothérapeuthe. A ses heures de loisirs, il écrit des livres pour enfants. Il aime sa région et veut faire partager son amour par tous en écrivant son histoire.
L’un des épisodes de cette histoire est celui de l’attaque de Petropavlovsk à l’automne 1854 par une flotte franco-anglaise pendant la Guerre de Crimée. Il s’est particulièrement intéressé aux chefs de cette flotte : l’amiral David Price et l’amiral Auguste Febvrier Despointes. La vie de ce dernier est peu connue. Il nous donne ici le résultat actuel de ses recherches qu’il a voulu publier en français.
Mais ces recherches ne sont pas encore finies : à la bataille de Navarin, le capitaine La Grandière et le Gouverneur Russe Zavoiko étaient dans le même camp ; se connaissaient-ils ?
Où est la tombe des lieutenants de vaisseau Lefebvre et Bourasset morts à la bataille de Petropavlovsk ? …..

Pour nous, un petit morceau méconnu de notre histoire


(La gravure du livre : “MARINS ET MISSIONNAIRES. CONQUÊTE DE LA NOUVELLE-CALÉDONIE, 1843—1853. PAR LE P. A. DE SALINIS. S. J. ”)

L'amiral énigmatique
Par Pavel Kalmikoff, Petropavlovsk-Kamtchatskyi, Russie.

Au XVIIIème siècle, la Russie annexe la Crimée. Auparavant cette dernière, sous la protection Turque, était le khanate de Crimée, Tatar. Au XIXème siècle, la confrontation militaire Russo-Turque s’est déplacée au Caucase et au Danube. La peur de voir l’Empire Russe sur les bords de la Mer Noire et la Méditerranée amène l’Angleterre à soutenir la Turquie. (La Crimée n’était pas la cause du conflit mais le théâtre principal des opérations et, si possible, une terre à annexer). Les opérations de guerre dans le Pacifique ont pour but de protéger les flottes de commerce anglaises et françaises des attaques Russes, d’affaiblir l’influence russe dans la région. En résumé, c’était une guerre de suprématie

1854 : la flotte anglo-française, au cours de la guerre de Crimée, attaque Petropavlovsk-Kamtchatskyi. Ses forces surpassent considérablement celles de la ville dont la défense héroïque entre dans l'histoire du Kamtchatka et de la Russie. Les agresseurs sont partis, après avoir subi de lourdes pertes.

La mort du contre-amiral commandant en chef anglais David Price est la première perte des alliés. Il s’était tiré une balle dans le cœur avant l'assaut car il n’avait pas eu la force d’envoyer à la mort de jeunes garçons qui avaient contourné le globe terrestre pour remplir leur devoir militaire.
A propos de cet événement, l'enseigne de vaisseau russe Nikolay Fesoun, qui participa aux évènements puis les analysa méticuleusement écrit :
« Il n'y a pas doute que la mort tragique de Price a démoralisé les Anglais et beaucoup contribué à l'échec des alliés, car le commandement revenait à l'amiral Despointes - brave, honnête, mais impopulaire ».
L'escadre avait, en effet, à sa tête un deuxième amiral : un amiral Français.
Celui-ci méritait-il une telle impopularité ?
Dans une de ses lettres, le lieutenant anglais Georges Palmer écrit « L'amiral français (qui est bien vieux, irrésolu…,qui dans sa jeunesse était le page de l'impératrice Joséphine) …»Collapse )